La communication interpersonnelle, compétence de base des Soft skills

Retour à Blog

La communication interpersonnelle, compétence de base des Soft skills

La communication interpersonnelle est un domaine de compétence qui sert à gérer les relations humaines dans la vie courante des entreprises. Elle fait partie intégrante de six domaines fondamentaux des Soft skills.

La réussite de toute entreprise passe par la qualité et la fluidité de la pratique de la communication entre ses collaborateurs.

Nous nous ne pouvons pas entamer le sujet de la communication interpersonnelle sans faire allusion à Paul Watzlawick et l’Ecole de Palo-Alto, références de base dans l’univers de la communication et l’information

Les salariés et employés de l’entreprise doivent absolument connaitre et maitriser les cinq règles incontournable de la communication interpersonnelle:

Règle N°1 : On ne peut pas ne pas communiquer

La communication est verbale et non-verbale. Les gestes, les mimiques, les comportements, la posture ou la façon de ne pas dire les choses communiquent vers le récepteur.

Le postulat de Palo Alto est que le comportement humain est une forme de communication et que le comportement n’a pas de contraire ce qui implique.

Tout message, qu’il soit verbal ou comportemental est une communication.

Refuser de parler est un comportement qui communique au récepteur une non-envie de parler. La communication devient para-verbale lorsque le comportement accompagne le geste. ( Aller tout droit. Tourner à gauche.)

.
Règle N° 2 : Toute communication : Contenu et relation

La communication en tant que aptitude des soft skills insiste sur la dichotomie conditionnelle entre le quoi et le comment du message.

La majorité des conflits au sein des entreprises sont dus à la façon avec laquelle, les employés transmettent leurs messages. Sachant que pour le même geste de salutation, le salarié peut le faire sur plusieurs manière. Exp : Dire bonjour est un contenu unique qui pourra être réalisé avec une multitude de manière.

C’est à ce niveau-là que le développement de certaines pratiques de la communication soft skills prend toute son importance.

Former et coacher les employés sur la prise de conscience de la manière plus que le comment crée un changement de comportement dans la façon de dire, d’écrire, de réagir…

Règle N° 3 : La nature de la relation dépend de la ponctuation des séquences de communication

Vu de l’extérieur, la communication interpersonnelle est considérée comme un simple échange de mots et geste, alors qu’en réalité, plusieurs dimensions entre en jeu pour ponctuer la relation selon des paradigme socio- culturels différents. Le situationnel, le contexte, le pouvoir, le référentiel de chaque interlocuteur.

La communication entre les membres de l’entreprise est intimement liée aux conventions culturelles qui régissent la vie sociale.

La vie dans l’entreprise repose sur des relations de supériorité, de dépendance, d’égalité ou d’initiative, on distingue dans tout groupe social les leaders et les suiveurs.

Le renforcement des compétences de communication dans le cadre du développement des soft skills implique la nécessité d’inculquer aux employés l’importance de prendre en considération la réalité cachée de la carte du monde des interlocuteurs.

Ainsi, chaque relation interpersonnelle sera ponctuée avec le respect d’un multitudes d’indicateurs de la réalité socioculturels des différents intervenants hiérarchique ou autre. Leader-leader. Suiveur-leader. Suiveur-suiveur…

Règle N° 4 :La communication est à la fois digitale et analogique  

La communication peut être digitale ou analogique.

Digitale, puisqu’elle  repose sur les conventions sociale et sémantiques liée à langue. Dans une communauté donné, tout le monde est d’accord sur la correspondance des mots avec les choses qu’ils désignent.

Analogique, puisqu’elle repose sur la dimension  primitifs des comportements :Les comportements désignent les émotions.

Les conditions d’une communication digitale

  • Syntaxe rationnelle (compréhensible par tous ceux qui partagent la même langue),
  • Méthodologique (structurée pour être apprise),
  • Souple (il existe cependant plusieurs manière de désigner un chien : toutou, clébard,…);

L’objectif de cette règle est de développer chez les collaborateurs un sens de communication et surtout de maitrise de cette ambivalence simultanée entre le primitif et le rationnel dans tout acte d’échange.

Les employés qui ont un sens développé de leurs soft skills au niveau de cette règle de prise de conscience simultanée du digital et de l’analogique dans l’acte de communication auront moins de conflits et plus d’aisance dans les relations humaines.

Assimiler la 4ème règle de communication aura comme effet sur les salariés :

  • Vont respecter la syntaxe rationnelle, c-à-d, se synchroniser sur la langue et ses niveaux.
  • Apprennent à chaque échange à structurer leurs idées d’une manière convaincante
  • Deviennent plus souple dans le choix des mots et expressions pour optimiser l’impact produit sur l’autre.
  • La dimension analogique permet de gérer mieux ses réactions primitives non contrôlables afin d’éviter toute friction ou conflits professionnels

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour à Blog